Éliminez ces produits toxiques de votre maison [et 15 recettes saines pour les remplacer]

Le printemps, c’est la saison du renouveau. C’est le moment parfait pour faire le grand ménage. Mais cette année, on ne fait pas seulement le ménage des placards, on sort les produits chimiques de la maison!

DÉTOXIFIER NOTRE ENVIRONNEMENT

 Des dizaines de produits nocifs se cachent dans nos maisons. Ce printemps, on fait table rase (et on en dispose de façon écologique en s’informant auprès de l’écocentre de notre MRC).
  • Les produits nettoyants, décapants, parfums d’ambiance, détachants, nettoyants pour drain, herbicides, insecticides, antigels, anti-moisissures, etc. Ils contiennent un nombre inimaginable de composantes toxiques, qui nuisent à la fois à notre santé et à notre environnement. On élimine autant que possible ceux qui contiennent des parfums (ou fragrance), du triclosan (un antibactérien qui contribue à la résistance des bactéries), du chlore (eau de javel), du phosphate, du 1,4-dioxane et de l’ammoniaque. L’idée est de libérer notre maison des résidus domestiques dangereux (RDD) et de les remplacer par des produits plus sains. Dès qu’on aperçoit un des symboles de danger suivants, on peut être certain que le produit contient des RDD : toxique/poison, corrosif, inflammable, réactif/explosif. Les sites Internet de la Fondation David Suzuki et de l’Environmental Working Group (EWG) sont de bonnes références.
  • Les produits hygiéniques, les cosmétiques et le maquillage : savons, shampooings, teintures, vernis à ongles, démaquillants, antisudorifiques, crèmes (mains, corps, visage), gels douche, etc. Un ingrédient sur huit des produits de beauté est un produit chimique industriel (cancérogène, pesticide, perturbateur endocrinien…). On passe la salle de bain au peigne fin et on dispose des produits qui contiennent l’un des 12 ingrédients à éviter issus de la liste de la Fondation David Suzuki.
  • Les médicaments. On rapporte à notre pharmacie tous les médicaments périmés et inutilisés. On ne garde pas d’antibiotiques ni de médicaments sous ordonnance qui ne servent plus. Surtout, on ne jette rien à la poubelle ni dans les égouts.

N’oubliez pas de jeter un œil dans le garage, dans le sous-sol et sous les éviers.

ON REMPLACE PAR QUOI?

Voilà, la maison est débarrassée des RDD, des produits d’hygiène nocifs et des médicaments périmés. Maintenant, on doit penser à les remplacer par des options plus saines. Le ménage n’est pas fini!

Quelques idées et recettes maison pour vos produits nettoyants et cosmétiques.

  • Crème à récurer : Mixer du savon liquide à base d’huile végétale (de type Castille) avec ¼ tasse de bicarbonate de soude et ajouter quelques gouttes d’huile essentielle (citron, orange ou lavande) pour créer une pâte. On l’utilise pour : l’évier, la baignoire, le réfrigérateur, les carreaux de céramique, le four…
  • Désinfectant : Mélanger ½ tasse d’eau, ¼ tasse de vinaigre blanc et 4 gouttes d’huile essentielle au choix. Pour les toilettes, les comptoirs ou la poubelle, par exemple. En cas de taches, utiliser la crème à récurer d’abord.
  • Savon à vaisselle liquide : On le choisit écologique et sans parfum. On y ajoute des gouttes d’huile essentielle de lavande. Il est parfait pour nettoyer les résidus de savon dans la douche et le bain et pour les différentes surfaces : comptoir, écran de télévision, portes d’armoires…
  • Anti-moisissure : On imbibe simplement une éponge de vinaigre, on frotte les surfaces et on laisse sécher.
  • Les vitres : On doit d’abord enlever les résidus de cire laissés par les produits conventionnels en nettoyant la surface avec un mélange de peroxyde d’hydrogène (5 parts) et d’eau (95 parts). On essuie et voilà! On peut maintenant vaporiser un mélange à part égal d’eau et de vinaigre et essuyer le tout avec du papier journal sans avoir peur de laisser des traces.
  • Le micro-ondes et le four : On utilise la vapeur d’eau pour faire le travail à notre place. On fait chauffer de l’eau (2 minutes au micro-ondes et jusqu’à obtention d’une vapeur dans le four) dans un contenant adéquat. On essuie et le tour est joué. En cas de taches, on peut récurer avec la crème à récurer de bicarbonate de soude.
  • Les murs et les planchers : ¼ tasse de vinaigre pour 4 litres d’eau chaude. On ajoute quelques gouttes d’huile essentielle si désiré.
  • Le lavage : On choisit un détergent doux sans parfum, EDTA, NTA, phosphate, ni chlore (consulter l’EWG pour connaître les meilleures marques). On peut ajouter quelques gouttes d’huile essentielle, ¼ tasse de bicarbonate de soude (adoucit, fortifie, blanchit, désodorise) à notre brassée. On verse de ¼ à ½ tasse de vinaigre au cycle de rinçage pour aider à éliminer l’électricité statique, fixer les couleurs et assouplir les tissus.Idéalement on choisit le séchage à l’air libre, sinon on ajoute des balles de séchage (ou des balles de tennis) dans la sécheuse à la place des feuilles d’assouplisseur.Pour les taches : On essaie d’abord le savon de Marseille, puis le soleil. Pour les taches tenaces : On peut choisir un trempage avec des cristaux de soude ou encore du percarbonate de sodium.
  • Désodorisant et parfum d’ambiance : Dissoudre ¼ c. à thé de bicarbonate de soude dans ½ tasse d’eau. Ajouter quelques gouttes de jus de citron et une dizaine de gouttes d’huile essentielle (citron, orange, mandarine, bergamote…). Verser dans un vaporisateur et utiliser pour éliminer les mauvaises odeurs. Le charbon actif est aussi une belle option pour absorber les odeurs. Et pourquoi ne pas simplement ouvrir la fenêtre?!
  • Gels douche, shampooings, revitalisants : On consulte le EWG pour mieux choisir nos produits. Les savons à base d’huile végétale sont de bonnes options (comme le savon de Marseille) pour le corps. Les magasins d’aliments naturels ont généralement un plus grand inventaire de produits d’hygiène sains que les grandes surfaces et les pharmacies.
  • Baume à lèvres, crème pour le corps : Le beurre de karité et l’huile de jojoba sont parfaits pour ce type d’utilisation.
  • Démaquillants, nettoyants et crèmes pour le visage, maquillage : De plus en plus d’entreprises québécoises se spécialisent dans les cosmétiques biologiques. C’est le cas notamment de Maison Jacynthe et de Zorah (en ligne et dans plusieurs points de vente).
  • Pour bébé : On privilégie les débarbouillettes et l’eau plutôt que les serviettes humides. On peut utiliser le liniment oléocalcaire pour remplacer l’eau. On bannit les poudres pour les fesses; on opte pour une pommade (plusieurs entreprises québécoises en fabriquent : Pissenlit et Coccinelle, la Clef des champs et Souris Verte). On peut aussi en fabriquer une maison à base de beurre de karité, de cire d’abeille et d’huiles essentielles. De nombreuses recettes sont disponibles en ligne.
  • Antisudorifiques et déodorants : La transpiration étant bienfaitrice pour le corps, mieux vaut opter pour un déodorant. On l’achète dans un magasin d’aliments naturels ou on le fabrique soi-même. L’entreprise québécoise Savonnerie des Diligences en propose plusieurs aux senteurs variées.
  • Crème solaire : On la choisit minérale puisqu’elle offre la même protection sans les risques associés aux bloqueurs chimiques d’UVA et UVB. La technologie permet maintenant aux entreprises de proposer des mélanges qui ne laissent pas la peau blanche. Il est aussi possible de la fabriquer soi-même à base de poudre d’oxyde de zinc. La compagnie montréalaise Attitude en a plusieurs sur le marché (la vanilline parfume de façon sécuritaire) pour toute famille.

DE BONNES ADRESSES

» DOULEURS? PROFITEZ DE NOTRE PROMOTION.

x